Oise. De Beauvais à Dubaï, un peuple qui se mobilise

|

Isabel Coelho

En écho à la COP 28 des citoyens s’organisent ce samedi 25 novembre 2023, à l’Écume du Jour au 5, rue du Faubourg Saint Jacques à Beauvais. Ce lieu, riche vivier du Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs nous ouvre sa grange et nous invite à la projection du film ZUT ! Zone Urgente à Transformer, (ndr. un film de François De Saint Georges) avec la présence de Brigitte Samain et Axelle Latrasse de l’Association Collembole ainsi que d’Amandine Sence présidente de l’Association de Maintien à l’Agriculture Paysanne (AMAP) de Beauvais.

La 28e Conférence des Parties sur les changements climatiques (COP 28) aura lieu à Dubaï du 30 novembre au 23 décembre. Cette conférence internationale réunira les pays signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ainsi que les acteurs et actrices du climat.

“Je demanderai à tout le monde et à chaque industrie d’assumer ses responsabilités”

Les scientifiques du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), appellent à limiter la hausse de la température terrestre à 1,5°C. Nous nous dirigeons plutôt vers une hausse de 5°C d’ici 2100. Cette trajectoire inquiétante risque d’entraîner des conséquences climatiques et sociales catastrophiques (perte de la biodiversité, hausse des évènements climatiques extrêmes, manque de ressources naturelles, augmentation des inégalités, etc).

Le Sultan Al-Jaber Président de la Cop 28, qui est aussi le PDG de l’ADNOC, la principale compagnie pétrolière des Émirats arabes unis, est-il disposé à sortir du triptyque charbon, gaz, pétrole ?

Le président de la COP 28 assure vouloir sauver l’Accord de Paris. “Je demanderai à tout le monde et à chaque industrie d’assumer ses responsabilités et de rendre des comptes dans le but d’atteindre l’objectif de 1,5°C”, a-t-il assuré ce samedi 25 novembre dans un entretien à l’AFP.

Dénonçant “l’hypocrisie” des propos du président de la COP 28, l’autrice du Giec Yamina Saheb estime que les COP “ne servent plus à rien”. La docteure en énergétique affirme qu’il faut passer à des “COP des peuples” car, selon elle, seul “un mouvement citoyen mondial permettra de trouver des solutions pour limiter le réchauffement”.

Brigitte SAMAIN – Association COLLEMBOLE. Crédits : Isabel COELHO

“Dans le cadre du Festival Alimenterre”

Amandine Sence rappelle à la fin de la projection qu’elle se passe : “dans le cadre du Festival Alimenterre, c’est un festival qui a lieu tous les ans, justement pour promouvoir l’attachement qu’on à notre terre”.

Avant d’ajouter que “Avec Collembole on a voulu justement s’unir pour promouvoir justement cette terre nourricière et le fait qu’on était attachés à certaines valeurs qui sont communes. Dans le cadre de Beauvais en transition, on a cette idée d’essayer d’un peu modifier les choses, en tout cas pour qu’il y ait une certaine prise de conscience, on a l’impression qu’il y a une espèce de léthargie. Les gens savent, mais en même temps ils ignorent les moyens d’intervenir.”

Un débat fort animé s’est poursuivi dans la grange de L’Écume du jour, après la diffusion de ce film qui a remporté la Mention Spéciale dans la catégorie environnement du 32ème Festival de l’Oiseau et de la Nature. Autour de la question des contours de notre système alimentaire dans les hauts de France et dépendant des intrants chimiques et de l’impact de l’environnement.

“Chaque association, structure, groupe de parents d’élèves, citoyens est invité à proposer une action pour ses adhérents ou un public plus large”

Axelle Latrasse rappelle que l’appel à mobilisation dans le cadre de la COP 28 suggère que : “Chaque association, structure, groupe de parents d’élèves, citoyens est invité à proposer une action pour ses adhérents ou un public plus large.”

Brigitte Samain clôture le débat par ces mots de mobilisation “nous sommes ici ce jour à l’Écume du Jour qui comme l’AMAP et Collembole sommes collectivement engagés au sein du Collectif Beauvais en Transition. Un mouvement qui réunit plus de 20 associations qui ont pour but de proposer chacune des actions pour essayer d’aller dans le bon sens. La loi sur les pesticides, on a l’impression que ce sont des reculs, donc il faut que nous, citoyens, on agisse pour essayer de dire que nous on ne veut pas de ces dispositions ! qu’il faut chercher d’autres solutions “

Banderole “stop pesticides”. Crédits : Isabel COELHO

De nombreux évènements sont organisés dans l’Oise

Elle nous informe également que que les associations des Maires de l’Oise ; Union des Maires de l’Oise (UMO) et l’Association des Maires Ruraux de l’Oise (AMRO) sont impliqués afin qu’ils relaient la démarche et facilitent l’organisation de ces rassemblements dans chaque commune où ils et elles auront été sollicités par des habitants de leur commune. Ces actions seront inscrites au fur et à mesure sur l’agenda régional.

Actuellement de nombreux évènements sont organisés dans l’Oise dans le cadre de cet COP 28. Le vendredi 8 décembre de 20h à 22 se tiendra une soirée ludique autour des thèmes du développement durable au Baraka (6 rue Ricard, Beauvais). Le samedi 9 décembre de 9h30 à 12h un atelier est animé par l’association Oisux à l’écospace (136 rue de la Mie au Roy, Beauvais) pour “S’équiper en informatique à moindre coût pour la planète”. Les vendredi 8 et samedi 9 décembre de 18h à 21h un atelier “pas de Noël pour le climat”, sur inscription, est organisé aux ateliers de la bergerette (8 rue de la bergerette, Beauvais).

Le jeudi 14 décembre à 18h30 sera aussi projeté le film De l’eau jaillit le feu (de Fabien Mazzocco) à l’initiative de la section de l’Oise de l’association ATTAC. Cette séance sera suivi d’un débat et aura lieu à la salle associative de l’ASCA (8 Avenue de Bourgogne, Beauvais).

Auteur/autrice

Soutenez votre média local

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.